Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 21:30

                                                                

 

Le samedi 27 avril 2013 a eu lieu la 32ème édition, deuxième grand rendez-vous de l'année  de course à pied en Suisse après la "Kerzerslauf" et 3ème course la plus populaire de Suisse.

 

Pour changer, je commence ce CR par mes conclusions.

 

En chiffres : (selon mes assistants micoach et Suunto)    

KM :               20.190

Dénivelé :       D+ 478 m / D- 478 m

KM effort :      22.500                   

Temps :          2h08'31''1

Km/h :            9,42          

km + rapide :  5'03''

Km - rapide :   7'54'' 

Puls max :       187

Puls moyen :   177

Puls bas :        134

Calories :        1'646

 

Conclusion :     

Au vu du temps, j'ai profité de tester en course le matériel trail "gros temps". Donc pour le coté positif de cette course :  

 

- tenu "gros temps trail" (veste, pantalon, gant et bonnet) parfait, car au sec du début jusqu'à l'arrivée, quoi qu'un peu chaud

- 1ère course avec le sac à dos "trail", aucune courbature au dos

- mental prêt à souffrir, car j'en ai ch... pour cette course (voir ci-dessous)

 

En ce qui concerne les points à améliorer pour la prochaine course :

 

- éviter 4 jours avant la course d'aller voir un match à Munich et rentrer juste après, soit que 2 heures de sommeil

- s'alimenter correctement les jours précédents la course

- améliorer l'hygiène de vie

- commencer à faire plus de dénivelé

- avoir plus d'heures de sommeil les 10-15 jours avant une course

  

Bref, j'ai plus 20 ans et je ne récupère plus la même chose et donc cette course a été très difficile pour moi, mais en finalité je suis quand même arrivé au bout.

 

 

Cette 32ème édition a battu le record d'inscription, puisque pour la 1ère fois, 21'500 coureurs, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, élites et populaires se sont inscrits pour toutes les distances d'une des plus grande manifestation de course à pied du pays. Malgré une météo capricieuse, des températures de plus en plus fraîches ainsi que la pluie de plus en plus fortes, il y a eu 18'741 personnes au départ des différentes courses, ce qui représente 15% des joggeurs qui sont restés chez eux.

 

 

dénivelé 20km

 

Je suis allé chercher mon dossard le samedi après-midi vers 13h00, c'était parfait, il y avait personne et ça m'a pris à peine 10'.

 

photo (1)-copie-1

 

Après, retour à la maison pour une petite sieste d'avant course. Ensuite, j'ai pris mon scooter pour traverser la ville, déjà toute une expédition, pour arriver à Vidy à 17h30, sous la pluie avec une température fraîche pour la saison 7°.  

 

Mais il est où le printemps cette année ?  Bon d'accord y a eu pire, c'était pour la 10ème édition, avec semble-t-il de la neige sur la pont Bessières, mais il y a eu surtout souvent mieux. Toutefois, c'est toujours plus agréable de courir avec des températures fraîches.      

 

Pour ma 2ème course de l'année, au vu du résultat de la "Kerzerslauf" et de mon entraînement, je m'étais fixé un objectif raisonnable en 2h00. 

 

KM 0 à 5 :

A quelques minutes du départ, nous étions tous dans le froid, sous la pluie, tentant de nous protéger et nous réchauffer, en nous posant encore les mêmes questions quant à la tenue de course à adopter.

 

Juste avant le départ, nous avons observé une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat du marathon de Boston.  

 

Après ce moment d'émotion, place à la course, où il y avait 3'500 personnes aux départ de l'épreuve phare des 20 km.

 

photo--1-.JPG

 

Pour cette course, il y a aussi des départs selon la performance, pour moi, ce sera donc le bloc 4 avec un départ qui a été donné à 18h21. Et c'est parti ! il n'était plus question de réfléchir, mais de s'élancer et mettre à profit sa préparation, et je profite de saluer Nadia R. qui a fait les 10km.  

 

Ces 20 km sont donc une course de préparation en vue de mes trails de l'été. J'ai donc décidé de garder un bon rythme sur les premiers 3 km jusqu'à la Tour Haldimand avec une vue magnifique, malgré la pluie, sur le Lac Léman et les Alpes.  

 

Ensuite, place à la 1ère montée vers la parc Denantou, les muscles sont un peu surpris et le peloton s'étire, mais je n'essaie pas de suivre car il reste encore plusieurs "rampes" avant d'arriver à la cathédrale, point culminant de la course. En haut de cette montée, il y a Patrick S. qui est là pour encourager les coureurs et l'on continue sur cette longue partie en léger faux plat sur l'Av. de Cour. 

 

KM 5 à 10 :

Au 1er ravitaillement, je me dis qu'au vu des conditions je ne vais pas prendre de l'eau, mais du thé. Grave erreur, car après avoir passé le stand "eau", il n'y avait rien d'autre. J'ai donc continué et j'ai pris au prochain ravito.

 

Sur cette longue partie de l'Av. de Cour, Mariangela A. était là pour les encouragements.

 

Cette première partie de course est pleine de relance et de montées/descentes qui peuvent faire très mal si on se met dans le rouge. J'essaie donc d'être le plus détendu possible et m'applique surtout sur les portions plates qui sont moins énergivores.

 

Dans la descente de l'Av. des Figuiers, j'ai du rattacher les lacets de Françoise H. car ayant les mains gelées n'arrivait pas à le faire elle-même. Après, il a fallu se relancer pour la montée de l'Av. de Montoie sous les encouragements de Laurent G.. A ce moment, j'ai commencé à ressentir une légère douleur à l'aine gauche. Mais bon, je me suis dis, que c'était rien et qu'il fallait continuer.

 

Vers la montée du Ch. de Fontenay, j'ai eu un gros coup de bambou, mais j'ai réussi à trottiner jusqu'au prochain ravitaillement juste avant les 10 km en bas de l'Av. de Tivoli.

 

"Suis-je parti trop vite ? Je vais vite le savoir..."

 

Au ravitaillement, j'ai pris de l'eau avec de l'Isostar et j'ai continué en marchant pour boire ce breuvage, qui je pensais allait me donner un coup de boost.  

        

Je comprends à ce moment que je ne suis pas parti trop vite, mais que ma préparation n'a pas été optimale les derniers jours et que je paie cash mon manque de sommeil et mon hygiène de vie qui n'a pas été à la hauteur de la préparation pour cette course. 

  

KM 10 à 15 :    

Ce ravito, précède le plat de résistance, soit la montée de l'Av. de Tivoli, que je passe en marchant. C'est un endroit de la course difficile pour la tête, car à cet endroit de la course, on croise ceux qui sont déjà au 15.5 km.  

 

photo--2-.JPG

 

Arrivé en haut de Tivoli, je relance la machine pour les 9 derniers KM. Mais c'est dur, car j'ai les jambes lourdes et je commence à ressentir une pointe dans le quadriceps gauche.

 

En arrivant dans le centre ville, il y a pas mal d'ambiance, malgré les conditions météos. Cheminer dans les rues est très agréables, en passant par la Place de l'Europe, la Place St-François et la rue de Bourg.

 

Arrivé sur le pont Bessières, nous avons une vue tout simplement splendide sur la Cathédrale de Lausanne. Comme la douleur n'a pas diminué, je serre les dents pour arriver au ravito juste avant la Place du Château. Quelle ambiance à ce ravito qui était parfait avec orange, citron, eau, ce qui redonne une motivation avant d'attaquer la descente jusqu'à l'arrivée.

  

Mais les jambes ne suivent plus, plus de jus. C'est donc la tête qui fait tourner les jambes jusqu'au dernier ravito à la rue de Genève. Les bénévoles nous encouragent pour les derniers km.

 

KM 15 à 20 : 

Les pompiers sont aussi là pour nous encourager dans  la dernière montée en direction de l'Av. de Tivoli avant d'attaquer cette longue descente en direction de l'arrivée. Malgré tous les encouragements, je n'arrive plus à faire tourner les jambes et la douleur augmente encore, je décide donc de finir en

  

  

avec comme seul objectif d'arriver à bon port, peut importe le temps.

  

A 1.500 km je retrouve ma tendre moitié et Luc qui sont là  au bas de la vallée de la Jeunesse, afin de m'encourager pour les derniers kilomètres. Que ce fut pénible et long cette dernière partie, car après l'aine et les quadriceps, je commençait à sentir mon genou gauche. Mais heureusement que j'ai la chance d'avoir un moral d'acier qui m'a permis de courir, ou plutôt trottiner jusqu'à la ligne d'arrivée.

 

Bon d'accord, c'est loin derrière le kenyan Bernard Matheka qui a gagné cette édition chez les hommes en 1h00'36''7 et Kioko Eunice Mumbus, kenyanne également qui a gagné en 1h09'33''5. Mais bon comme disait Pierre de Coubertin, on peut dire que l'important était de participer car même avec la potion du Dr Fuentes, j'aurai pas pu aller plus vite. 

 

Après le passage de la ligne d'arrivée, chaque participant a reçu une médaille ainsi qu'un t-shirt ainsi que le traditionnel Rivella et la banane, sur le terrain du stade Pierre de Coubertin, transformé en champ de boue. Je souhaite d'ores et déjà bon courage au jardinier de la Ville de Lausanne pour la remise en état du terrain.

 

Je tiens encore à remercier et féliciter les organisateurs et les bénévoles pour cette magnifique organisation et ceci malgré les conditions climatiques.

 

Après course :  

Le lendemain, j'ai eu des douleurs au genoux gauche, je vais donc faire une semaine de pause et faire contrôler le genou chez mon physio. Avant j'espère pouvoir commencer mon entraînement spécifique pour mon prochain objectif, la Traversée du Trail de Verbier représentant 61 km et D+ 4'000 m., qui aura lieu le 6-7 juillet 2013.

 

A+ pour les prochains CR.  

 

Salutations sportives

Zach

 

Repost 0
Published by zack68 - dans 20 KM lausanne
commenter cet article

Présentation

  • : zackattitude
  • zackattitude
  • : Partager mon expérience de coureur populaire au travers de la découverte de soi, du respect de l'environnement, de la convivialité et du plaisir
  • Contact

Recherche

Liens